La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert – Joël Dicker

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? 

 

Une fois de plus, j’arrive après la bataille. Lorsque La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est sortie, je dois avouer que ce roman ne me faisait pas tellement envie: j’ai beaucoup de mal à lire un livre lorsqu’il a été aussi bien accueilli dans le monde littéraire, j’ai souvent peur d’être déçue. Et, je dois dire que, en me lançant dans ma lecture, j’avais énormément d’attente à cause de cela.

En bref, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert raconte l’histoire de Marius Goldman, jeune auteur mis sur le devant de la scène grâce à son premier roman. Oui mais voilà, deux ans après, il n’arrive plus à écrire mais, étant lié à un contrat d’édition, il doit absolument proposer un nouveau manuscrit à sa maison d’édition. Il décide donc d’aller rendre visite à un ami de longue date: le très célèbre auteur Harry Quebert. Cependant, quelques temps après sa visite chez Harry, un corps est découvert dans le jardin de ce dernier: il s’agit de Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans disparue il y a de cela 33 ans. Et, tout semble porter à croire que Harry Quebert est coupable: la jeune fille était enterrée dans son jardin, avec un l’exemplaire original de son roman à succès. Une enquête de police est alors ouverte, Harry est placé en détention et avoue avoir eu une liaison amoureuse avec Nola. Marcus Goldman, de son côté, ne croit pas en la culpabilité de son ami et décide de mener sa propre enquête afin de prouver son innocence.

Au début de ma lecture, j’étais assez mitigée quant à mon avis sur ce roman: j’avais du mal à entrer dans l’histoire et je trouvais certains passages un peu trop long à mon goût. Cependant, une fois un bon quart du livre passé, j’ai vraiment réussi à entrer au coeur du roman.

J’ai vraiment beaucoup apprécié la façon dont Joël Dicker a construit ses personnages. On découvre petit à petit de nouveaux aspects les concernant et, grâce à cela, j’ai plusieurs fois changé d’avis quant à savoir si j’appréciais ou non tel ou tel personnage. J’ai tout d’abord davantage été touchée par le personnage d’Harry, avant de préféré celui de Marcus. De même, j’ai d’abord aimé Nola, puis je l’ai détestée avant de l’apprécier à nouveau. J’aime beaucoup cette pluralité de sentiments et d’émotions ressenties.

J’ai également beaucoup aimé la façon dont l’auteur a construit son intrigue. A plusieurs moments, on est persuadé d’avoir trouvé le coupable mais, finalement, d’autres preuves sont avancées et on se rend compte que l’on s’est trompé. Cela m’est arrivé à plusieurs reprises au cours de ma lecture et je dois dire que, lors de l’annonce finale, je m’attendais à tout sauf ça!

J’ai aussi apprécié d’autres aspects de ce roman: le cadre (l’histoire se déroule dans un petit village américain au bord de la mer), le fait que certaines lettres soient rajoutées au récit, le fait que l’écrivain fasse des bonds dans le passé, et, surtout, le point de vue qui est donné sur la création d’un livre et sur le monde de l’édition (qui est, je dois dire, plutôt critiqué ici).

Le seul petit aspect qui m’a un peu dérangé est le fait que, par moment, certains passages sont répétés à plusieurs reprises à l’identique et que j’ai trouvé certains moments plutôt longs. Cela a rendu ma lecture un peu moins fluide mais ne m’a tout de même pas empêchée d’apprécier ce roman.

Dans tous les cas, je dois dire que ce roman m’a fortement donné envie de regarder la série qui en a été tirée (et, en plus, il y a Patrick Dempsey dedans ! )

Et toi, as-tu lu ce livre ? Qu’en as-tu pensé ?

La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, Joël Dicker. Editions De Fallois Poche. 888 pages.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :